C'est la nouvelle loi sur le droit d'auteur qui inquiète tant Facebook, Google et YouTube


C'est la nouvelle loi sur le droit d'auteur qui inquiète tant Facebook, Google et YouTube

Il existe une nouvelle norme européenne qui affecte et inquiète les entreprises de technologie. Ce sont les nouvelles règles sur le droit d'auteur que le Parlement européen, le Conseil de l'Union européenne et la Commission ont convenu de protéger le droit d'auteur. C'est un accord qui veut adapter la législation au moment présent, considérant que nous vivons à l'ère numérique.

L'accord devra être confirmé ultérieurement, dans quelques semaines à peine, par le Parlement européen et le Conseil de l'Union européenne. Mais quelles sont les caractéristiques de cet accord et pourquoi les grandes entreprises s’inquiètent-elles de Facebook, Google et YouTube?

youtube "width =" 1200 "height =" 799 "srcset =" https://www.tuexperto.com/wp-content/uploads/2019/02/youtube-01.jpg 1200w, https: //www.tuexperto. com / wp-content / uploads / 2019/02 / youtube-01-600x400.jpg 600w, https://www.tuexperto.com/wp-content/uploads/2019/02/youtube-01-768x511.jpg 768w, https://www.tuexperto.com/wp-content/uploads/2019/02/youtube-01-1080x719.jpg 1080w "tailles =" (largeur maximale: 1200px) 100vw, 1200px "/></p><h2>Facebook, Google et YouTube deviennent plus responsables</h2><p>Jusqu'à présent, les sociétés Internet n'avaient pratiquement rien à faire pour garantir le respect du droit d'auteur. Lorsqu'un contenu protégé par le droit d'auteur est publié illégalement sur l'une de ces plateformes, c'est l'auteur – ou le titulaire des droits – qui doit <strong>officialiser la plainte via Facebook, Google et YouTube</strong> selon les procédures indiquées.</p><p>À partir de là, la plate-forme demandera à l'utilisateur qui a publié ce contenu sans le consentement de son créateur. S'il ne peut pas justifier qu'il n'a enfreint aucune règle, vous verrez comment son contenu est immédiatement affiché. Dans certains cas, tels que YouTube, la répétition de cette pratique peut entraîner la fermeture du compte ou du canal dans lequel l'infraction se produit. <strong>Ce processus est très lourd pour les titulaires des droits</strong>, qui doivent vérifier périodiquement si des violations se produisent.</p><p>Avec la nouvelle législation, ces entreprises joueront un rôle plus actif dans la mise en conformité avec la norme. <strong>Les sociétés Internet seront responsables du contenu</strong> qu'ils téléchargent sur chacune de leurs plates-formes. En outre, ils auront l'obligation de générer des contrats de licence permettant d'obtenir des rémunérations plus équitables pour les œuvres exploitées numériquement. Et cela profitera en principe aux détenteurs des droits, à savoir les musiciens, les interprètes, les scénaristes, les rédacteurs en chef, les journalistes, etc.</p><p><img class=

Le rôle des auteurs et des créateurs

L'une des caractéristiques de la nouvelle législation adoptée par les instances européennes a trait à la transparence. Et avec cette norme, les auteurs et interprètes européens auront la possibilité de contrôler de manière beaucoup plus exhaustive vos contenus publiés et ils auront le droit d'être rémunérés par eux.

La législation européenne établit que les auteurs et les artistes qui téléchargent leurs œuvres sur des plateformes doivent recevoir une rémunération adéquate et proportionnée. En outre, ceux-ci peuvent accéder aux informations sur l'exploitation de leurs œuvres par les éditeurs et les producteurs. Et si les créateurs vérifient que leurs droits transférés ne sont pas correctement exploités, ils auront la possibilité de les révoquer.

Les personnes qui éditeront la presse se verront également inclure dans cette loi le droit de négocier la réutilisation de leur contenu dans ce type de plate-forme et de percevoir une partie des revenus du rédacteur de presse. Sur la base de cette loi, les éditeurs pourront négocier avec les géants de l’Internet: YouTube, Facebook et Google Actualités.

Pour les utilisateurs, la chose ne change pas. Ils peuvent continuer à partager du contenu et des liens de nouvelles sans avoir à payer pour cela. En outre, le Parlement européen souhaitait faire en sorte que le réseau de réseaux reste un terrain fertile pour la liberté d’expression et que, de la sorte, le les utilisateurs peuvent continuer à partager des gifs et des mèmes de manière naturelle.

Autres nouvelles de … copyright, Facebook, Google, YouTube



Publicado en TuExperto el
2019-02-14 08:01:31

Visite el articulo en origen aqui

Tal vez te interese...